2017 – Article paru dans le magazine « Double vue »

17-double-vue

2013 – « A Dos de Longa », Catalogue de l’exposition

« Pour l’exposition A dos de longa, l’artiste a exploré le texte de Marie Rouanet, Nous les filles. Ses vues du vieux Béziers, traitées à l’aquarelle, invitent à un voyage dans le temps et à une promenade à travers les ruelles et les sites biterrois, frappés d’une lumière bien particulière. Façades étroites, toitures et végétaux prennent vie sous ses  pinceaux et nous amènent à la fois sur les pas de l’auteure, Marie Rouanet, et sur les siens, puisqu’à partir de son atelier situé rue Viennet, près de la cathédrale Saint-Nazaire, elle a parcouru la ville afin de sélectionner les points de vue à saisir sur le motif. Le regard de Géraldine Garçon révèle la beauté des lieux que nous traversons mais que la force de l’habitude nous empêche de voir. »

13-adosdelonga

2012 – Article paru dans  « L’Herault du jour »

soiree decouverte dans les galeries du centre ville de béziers

2011 – Article paru dans la revue « Bouts du monde » n°5

2010 – Illustration du Magazine « Manière de voir » n°113

2006 – « Turquie »
carnet de voyage publié chez Magellan et compagnie

« La grande passion de Pierre Loti pour l’Orient est née à Istanbul. Les mois qu’il y a passé jeune homme l’ont profondément transformé. Il a appris à parler et à vivre comme un Turc et son âme est tout imprégnée de ce « vieil Orient ». Il n’aura de cesse d’y revenir pour retrouver son amour, celle qu’il appellera Aziyadé, dans son premier roman à succès. Géraldine Garçon est partie sur les traces de ce grand écrivain, l’espace d’un été, croquant la vie et les paysages pour constituer un superbe recueil sur cette Turquie mal connue, au carrefour de l’Europe et de l’Asie. De nombreuses citations issues de plusieurs textes de Loti enrichissent les aquarelles et les dessins au trait de cette jeune artiste. »

2005 – « Croatie »
carnet de voyage publié chez Magellan et compagnie

« Août. Les jours allongeaient enfin. Je ne rêvais plus que de soleil, de douceur et de plaisir après l’année difficile que j’avais traversée. Je me suis alors souvenue des superbes photos de Dubrovnik vues dans le métro l’hiver dernier. J’ai rangé mes préoccupations au placard, les troquant contre une paire de tongs et quelques robes d’été et me suis envolée pour la Croatie, sans même réfléchir. Mon itinéraire s’est dessiné au jour le jour, au fil des rencontres et des envies, sans aucun plan établi. Je me suis laissée flotter sur la mer Adriatique, à la recherche du bonheur. »

2005 – Article paru dans le « Midi-Libre »